Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/05/2011

Fara fara chez vous

                                Salut à tous les amis de la culture. Au nom de toute notre équipe rédactionnelle je vous informe que  nous disponibilisons notre magazine intitulé FARA FARA.

Déjà, au mois de novembre passé nous en avons fait un tirage limité, lequel tirage a engendré le gros lot que nous distribuons depuis  le vendredi 06 mai 2011 .  FARA FARA est un magazine de Bande Dessinee(B.D.), d'Illustration et de Littérature.  L'actuelle édition contient six histoires B.D.(gags et séries) ainsi qu'une Nouvelle littéraire.

Que du beau monde! Une brève carte de visite pour chacun d’eux.

 Alain Piazza qui signe "1 verre" et "Symbole". Alain est un dessinateur fougueux et plein d'entrain. Aussi plus expéditif. Alain nous sert parfois de Joker pour rassurer  nos clients les plus pressés: à la minute il vous sert  un dessin de très grande qualité, et tout le monde est content. Il a peut être acquis cette diligence pour avoir subi le régime de brosser des caricatures à Le Palmarès, Le Démocrate et tant  d'autres journaux de Kinshasa. Il fait également du Cinéma d'animation(depuis le Studio Sam Distri). Alain a longtemps illustré en direct à la télévision sur le plateau  du Club Barza avec Wamushala Kamba. Le 14 février 2006 il remporte le concours de B.D. "Chronique Kinoise" organisé par l'a.s.b.l. belge "Entre deux mondes". Bientôt il lance sur le marché son album de B.D. C'est également lui le patron du Studio B.D.+.

 

  J.R. Mokanse (un de lauréats Kin Anima Bulles 2010) signe la série Chiva dont le personnage principal fait "la belle" de la page couverture de notre magazine, en plus c'est lui qui d'une traite a contribué avec plus de planches B.D. C'est à se demander pourquoi tant des "grands" ont accordé tant d'espace à ce "jeune", simplement, ce dernier a un talent fou! 

  André Ditu signe Kanga Manoeuvre. Pitshen (comme nous l'appelons) est une banque à planches, il travaille énormément et publie lui même ses B.D. pour les écouler dans son réseau préférentiel où il règne sans concurrents. Dans ce numéro de Fara Fara il se le joue vraiment "gouverneur de la ville."  

Albert Luba signe Arbitre pas comme les autres. Nous nous sommes fait l'avocat de toute la République pour lui réclamer cette histoire  qui est un remake d'une série qui au début des années 2000 avait emballé le public de partout le pays, série que  Luba avait interrompue malgré lui. Et, voilà que maintenant il nous la ressert avec plus d'allant et de malice. Cash nous vous remboursons le prix auquel vous aurez acheté le magazine si vous ne roulez pas à terre après avoir lu cette histoire. Vous aurez compris que Luba est un intraitable  de la caricature. Avec tout ce qui lui  tombe sous la main(stylo, pinceau,feutre,plume...) il croque à traits caustiques ou réalistes tous les faits de la société locale, nationale ou mondialisée. Il n'a même plus la grâce de se cacher sous ses innombrables pseudo(Trebal,Vasta,...) on le démasque vite par son graphisme. Et ce, partout à travers le pays car ses travaux sont largement distillés même dans l'insoupçonnable hinterland tant par des publications privées que sous la coupe d'organismes nationaux qu'internationaux. Par exemple, en 2006 au seuil de bureaux de vote ce sont les affiches de Luba et  ses autres boîtes à outils qui nous avaient montrer le b.a-ba du vote.  Il a un époustouflant C.V. que je vous fait grâce d’étaler maintenant, seulement, apprenez à le vivre pas à pas à travers Fara Fara

  Freddy Kabeya.Plus sur lui dans son blog http://leunmag.blogs.lalibre.be/ . Mais, puisque moi aussi j'ai participé à cette édition en orientant le page littéraire je voudrai quand même rassurer la communauté culturelle en signalant qu'à quatre reprises j'ai été nominé au Prix Littéraire Mark Twain organisé par le Centre Culturel Américain. En plus je dessine. On dirait que j'en ai déjà  trop dit, mais j'ajouterai simplement que si je n'ai pas signé de planches dans ce numéro néanmoins je co-signe  les deux planches éponymes que nous vous jugé utile de vous resservir car les enjeux nationaux de l'heure l'exigent.

Ce magazine est autofinancé par nous-mêmes, nous n'avons pas jugé utile de vite sauter au cou de potentiels bailleurs de fond, ce qui aurait peut être eu pour effet pervers de bâcler notre art, car assurés serions-nous que la "parachute dorée" nous couvrirait toujours. C'est le contraire nous nous battons pour mériter chaque exemplaire vendu.  Nous ne vous demandons pas d' acheter notre produit par pitié, seulement exigez la qualité sur toute la ligne.







 Freddy Kabeya

Les commentaires sont fermés.